Retour
  • Amérique du Nord
  • Musées Archéologiques
  • 2010-2018

The Art Institute

Chicago, US

2012

Situé dans un édifice néo-classique inauguré pour l'Exposition mondiale de 1893, l’Art Institute de Chicago est le deuxième musée artistique le plus important des États-Unis après le Metropolitan de New York.

Les collections du Musée, constituées à l’origine de plâtres, se sont énormément enrichies au cours du siècle dernier, notamment grâce à de généreux legs privés, et comptent aujourd’hui plus de 300 000 œuvres provenant de toutes les parties du monde et qui vont de l’archéologie à l’art contemporain.

Continuellement rénové et favorisé par de riches partenariats privés, le musée a ouvert au public, en 2012, la nouvelle Jaharis Galleries et sa collection d’objets archéologiques grecs, romains et byzantins: une nouvelle galerie lumineuse qui conduit le visiteur le long d’un voyage qui, des origines de l’art occidental, le conduit au seuil de la chrétienté.

Projet muséographique: wHY Architecture (Los Angeles - New York),

Le défi

Le projet prévoyait, pour les vitrines, un design simple et fonctionnel, presque « neutre », pour mettre en valeur la qualité des œuvres exposées en interférant le moins possible avec l’architecture de l’édifice et son dialogue avec la ville.

La solution

Les vitrines de l’Art Institute ont bénéficié du développement technologique du système Q. Le recours à l’ingénierie mécatronique pour l’automatisation des pantographes des vitrines-tables a permis de réduire les dimensions des pieds en métal, ce qui a amélioré la silhouette et l’élégance des vitrines.

Mais cette expérience de Chicago a également représenté un progrès en matière d’éclairagisme. La collection comprend une quantité importante de monnaies qui, pour des raisons de conservation, ne peuvent pas être exposées directement aux sources lumineuses. À la suite d’études basées sur un système mis au point au Museum of Fine Arts de Boston effectuées en laboratoire, il a semblé préférable de choisir un éclairage à Led puissants, ceux-ci étant placés de manière à diriger le flux lumineux sur une bande réfléchissante en mesure de dégager la lumière rasante indispensable pour mieux déchiffrer les monnaies.