Retour
  • Amérique du Nord
  • Musées ethno-anthropologiques
  • 2010-2018

Smithsonian Institution, The National Museum of the American Indian

George Gustav Heye Center

New York, US

2009-2010

Le National Museum of the American Indians (NMAI) abrite l’un des plus importants patrimoines culturels des indigènes américains de leurs origines à nos jours. Avec 825 000 objets provenant de plus de 1 200 groupes indigènes du Canada, des États-Unis, du Mexique, de l’Amérique du Sud et de la région des Caraïbes, le musée fait revivre les 12 000 ans d’histoire et de culture de ces peuples. Ouverte au public depuis 201 dans le musée du George Gustav Heye Center de New York, l’exposition « Infinity of Nations » bénéficie d’un aménagement particulièrement soigné qui met en valeur environ 700 objets d’une très grande importance culturelle, historique et esthétique.

Projet muséographique : Celia Imrey, Imrey Culbert LP, New York ; Gerard Breen, NMAI – Exhibitions Department, New York

Le défi

Dans le projet, les vitrines modulaires murales jouaient un rôle central. La plus grande de celles-ci fait 3,65 m de haut sur 13 mètre de long. Ces vitrines devaient garantir une visibilité optimale des objets exposés (profilés presque invisibles, montants structurels et plafonds en verre, ouvrants d’une grandeur exceptionnelle), une étanchéité à l’air très élevée et une fonctionnalité maximale (le conservateur devant pouvoir l’ouvrir d’une seule main).

Un autre défi était représenté par l’ingénierie de la vitrine spéciale « Peau de buffle » : une vitrine de 3 mètres de long sur 2,40 m de large et 1 m de haut qui devait comprendre un plan incliné, une vitre coupée suivant un contour précis et un système d’ouverture électrifié sophistiqué par soulèvement. En plus de ces défis d’ingénierie déjà importants, tous les composants devaient être dimensionnés et modulaires de manière à pouvoir être transportés le long d’un parcours logistique complet qui, commençant en Italie, au siège de Goppion, passait par le dépôt de Long Island City, arrivait à la vieille Custom House de Lower Manhattan pour, à la fin, être montés par un escalier intérieur du bâtiment jusqu’à leur zone d’assemblage dans les galeries du deuxième étage.

La solution

Toutes les vitrines ont bénéficié d’une ingénierie personnalisée mise au point en étroite collaboration avec les concepteurs et le musée. Les documents du projet avaient été complétés à hauteur de 65 %, niveau idéal qui permet de les parachever en utilisant le processus de collaboration bien rôdé de Goppion. À l’aide d’analyses structurelles FEM (Finite Elements Method), les concepteurs de Goppion ont mis au point des solutions alternatives en introduisant dans le projet le principe de l’étanchéité O-ring. Les solutions prévues par le projet ont été ultérieurement perfectionnées, présentées et expérimentées sur un prototype grandeur nature.

Ayant résolu les problèmes techniques, Goppion a dû développer l’ingénierie indispensable pour que tous les composants tiennent dans les conteneurs prévus pour leur transport. En l’espace de 12 semaines, 14 conteneurs ont été préparés et expédiés. Puis ils ont été installés en étroite collaboration avec le musée et ses autres prestataires. Appliquant la méthode, unique en son genre, élaborée par Goppion et qui se base sur la réalisation d’un prototype pour développer l’ingénierie et sa longue expérience artisanale de la fabrication, les vitrines de l’exposition « Infinity of Nations » transmettent avec les choix formels des concepteurs d’Imrey Culbert et du NMAI, la pleine mesure du contexte de l’exposition du Smithsonian et les prestations de conservation très élevées exigées par ces mêmes collections.

Le projet en chiffres

Surface d’exposition : 1 500 m; unités d’exposition : 33 ; longueur de la façade d’exposition : 70 m