Retour
  • Europe
  • Italie
  • Musées d'Art
  • 2010-2018

Palais Sciarra

Exposition « Le Trésor de saint Janvier »

Roma, Italia

2013

L'exposition « Le Trésor de saint Janvier » organisée sous l'égide de la Fondation Rome par la Fondation Rome – Art – Musées, avec la collaboration du Musée du Trésor de saint Janvier, permet d’admirer, pour la première fois hors de la ville de Naples, un nombre important de chefs-d'œuvre appartenant au Trésor de saint Janvier, la collection de joaillerie et d'orfèvrerie la plus importante au monde, avec des documents originaux, des tableaux, des dessins et des objets sacrés qui reconstruisent l’extraordinaire histoire d'un culte, d'une ville et d'un peuple.

Avec plus de vingt-cinq millions de fidèles éparpillés un peu partout dans le monde, saint Janvier est le saint catholique le plus populaire et le plus vénéré. Le Trésor qui porte son nom est unique en son genre. Plus précieux que les Bijoux de la Couronne d'Angleterre et du Tsar de Russie, il s'est formé tout au long des sept cents ans de son histoire grâce à de nombreuses donations, que ce soit de papes, d’empereurs ou de rois, mais aussi de gens du peuple. Mais le plus remarquable, c’est qu’il s'est conservé jusqu'à nos jours dans toute son intégrité sans jamais avoir été entamé par de quelconques ventes ou spoliations.

Projet muséographique : Guicciardini & Magni, architectes.

Projet muséologique : Paolo Jorio (Musée de saint Janvier).

Le défi

Cette exposition présente plus de quatre-vingt-dix œuvres d'une valeur inestimable que l’on découvre le long d’un parcours scientifique, mais aussi émotionnel, consacré à l’évolution du culte de saint Janvier et de l'orfèvrerie napolitaine qui a créé la plus grande partie des chefs-d’œuvre exposés.

Goppion a réalisé les vitrines des deux chefs-d'œuvre autour desquels s’organise le parcours d'exposition : le Collier de saint Janvier (or, argent et pierres précieuses) réalisé en 1679, et la Mitre en vermeil ornée de 3326 diamants, 164 rubis, 198 émeraudes et 2 grenats. Faite en 1713, on célèbre cette année le tricentenaire de sa réalisation.

La solution

Il s'agit de deux vitrines isolées. Entièrement réalisées en verre extra-blanc, celles-ci offrent des prestations très élevées en matière de conservation préventive. Le contrôle de l'humidité relative est confié à un système passif au gel de silice et l'étanchéité est assurée par des joints magnétiques.

Elles sont également pourvues d'un système antieffraction de très haute sécurité assuré par deux types de serrure : l'un mécanique et l'autre électrique (mis au point et réalisés spécialement pour l’occasion). Les bords et les angles des vitrines sont protégés et renforcés par des protège-angles en acier.

À l'intérieur de ces vitrines, une plinthe de couleur noir optique fait ressortir le brillant des objets précieux exposés. Un éclairage savant venant du haut accentue cette brillance avec des spots à Led munis de façonneurs qui concentrent le faisceau lumineux en en réduisant le spectre, ce qui met l’accent sur les détails.

Ces deux vitrines appartiennent au Système Q, la ligne complète de vitrines pour musée proposées par Goppion qui offre les meilleurs résultats en matière de recherche d'ingénierie et d'esthétique de cette société. Largement personnalisables, elles sont en mesure de réponde à n'importe quelle exigence d'exposition.