Retour
  • Afrique
  • Musées d'Art
  • 2000-2009

The Museum of Islamic Art

Cairo, Egypt

2006-2010

Le Musée de Art islamique du Caire possède l’une des plus grandes et plus riches collections d’objets en bois, de stucs, d’objets en céramique, en verre et en cristal, ainsi que de tissus provenant du monde islamique. En 2003, après des années d’oubli et d’incurie, le Musée d’Art islamique a été entièrement rénové avec la restauration du bâtiment l’abritant, une nouvelle présentation des collections et de nouveaux systèmes d’exposition. Le projet d’ensemble a été réalisé par le concepteur et muséographe français Adrien Gardère qui s’est occupé du design d’exposition du musée avec la collaboration du Département des Arts islamiques du Louvre. Rouvert au public en 2010, ses 25 galeries occupent deux grandes ailes. L’aile nord suit un ordre chronologique rigoureux et est consacrée au Caire, à son histoire et à son architecture. L’aile sud, par contre, est consacrée à l’art islamique qui s’est développé hors d’Égypte. Elle abrite des collections turco-ottomane et iranienne d’une incroyable richesse et développe, à travers le temps et dans les différentes régions du monde, les thèmes universels de l’art islamique : art funéraire, calligraphie et épigraphie, lumière et couleur, eau et jardins, géométrie et nombres, médecine.

Projet muséographique: Studio Adrien Gardère, Paris

Le défi
Une muséographie discrète, qui s’efface devant les formes magnifiques et les couleurs des objets, s’intègre harmonieusement à l’architecture de cet édifice qui compte parmi les édifices historiques du Caire. Aucun élément structurel n’est visible, seulement du verre et de la pierre « turkish grey » (la même que celle utilisée pour le sol) et des vitrines de 5 mètres de long entièrement en verre extra-blanc antireflet qu’une seule personne inexperte peut ouvrir facilement et qui sont quelques-uns des éléments caractérisant l’aménagement.

La solution

Les techniciens de Goppion ont travaillé en étroite synergie avec les designers pendant la phase de conception de manière à comprendre dans le détail les exigences de forme, sans perdre de vue les exigences fonctionnelles d’étanchéité, de sécurité et de facilité d’emploi qui devaient être respectées. Pour chaque modèle, on a réalisé des prototypes qui, ensuite, ont été vérifiés par les conservateurs du musée avant leur installation. Les supports des objets à l’intérieur des vitrines ont fait l’objet d’une étude spécifique, notamment ceux des lampes pendues au plafond.

Le projet en chiffres

Surface d’exposition: 3 100 m2; unités d’exposition: 125; longueur de la façade d’exposition: 268 m