Retour
  • Europe
  • France
  • Autres
  • 2000-2009

Musée de l’Armée

Département Moderne

Paris, France

2007-2010

Au printemps 2010, l’aile d’orient du Musée de l’Armée de Paris a été rouverte au public après des travaux de rénovation qui ont duré plus de 10 ans et coûté 68 millions d’euros. La galerie offre un voyage spectaculaire et captivant à travers l’histoire française. La première tranche du projet a intéressé les salles consacrées aux campagnes de l’armée française du XVIIe siècle au Second Empire. Avec l’ouverture des espaces d’exposition qui couvrent une période allant jusqu’à la Commune, les visiteurs peuvent remonter l’histoire de France du Moyen-Âge à nos jours.

Projet architectural et muséographique : Adeline Rispal, Repérages Architectures, Paris

Le défi

En 2007, le Musée de l’Armée a chargé Goppion de rénover les salles du Département Moderne. Le défi était considérable, car le projet était de grandes dimensions et techniquement complexe, puisqu’il devait s’adapter à l’architecture existante et que les délais de réalisation étaient relativement courts.

La solution

Notre travail a mis l’accent sur le lien étroit existant entre la conception des vitrines et la restauration architecturale. L’exhibit designer, Adeline Rispal, a dessiné de grandes vitrines à l’intérieur desquelles la collection d’uniformes devait être présentée sur des mannequins dans un ordre évoquant des troupes en marche. Des miroirs disposés derrière les vitrines multiplient le nombre des uniformes pour produire un effet de masse et montrer les soldats sous tous leurs angles. Les vitrines traversent les cloisons entre les salles, réelles ou créées intentionnellement, pour symboliser l’avancée des armées à travers des étendues de plus en plus vastes. Les murs sont revêtus d’une structure modulaire ininterrompue de panneaux en verre et métal qui créent les doubles cloisons et les faux plafonds dissimulant les installations techniques. Les vitrines sont encastrées dans les doubles cloisons, alors que le système d’éclairage est logé dans les faux plafonds qui constituent l’élément supérieur des vitrines. Cette présentation focalise l’attention sur les objets exposés et les notices explicatives et fait disparaître à la vue les deux cents et plus vitrines réalisées. Goppion a développé ce projet d’après les directives du musée et du designer en appliquant les dernières trouvailles des génies mécanique, électrique et électronique, ainsi qu’en matière de contrôle du microclimat. Les procédures rigoureuses du contrôle de qualité ont été examinées et approuvées personnellement par le général Robert Bresse, directeur du Musée.

Le projet en chiffres

Surface d’exposition: 2 000 m; unités d’exposition: 400 ; longueur de la façade d’exposition: 360 m