Retour
  • Europe
  • Italie
  • Musées de la science et de la technologie
  • 2010-2018

MUSE – Musée des Sciences

Trento, Italia

2012-2013

Conçu par Renzo Piano, le MUSE constitue le noyau d'un nouveau quartier urbain réalisé dans une zone industrielle abandonnée au bord de l’Adige qui se caractérise par l'attention toute particulière accordée à la durabilité environnementale.

Avec leur profil futuriste, un hommage aux cimes environnantes, les formes de l'édifice créent des géométries qui reflètent avec cohérence les contenus d'un parcours scientifique et culturel original.

Le musée, qui se déploie sur quatre étages amples et ouverts, combine avec bonheur les contenus et l'approche traditionnelle des Musées d'Histoire naturelle avec de nouveaux thèmes et les modalités d'interaction des Centres de Science modernes.

C'est un musée qui  entend conserver un lien fort avec le territoire où il est né et sa dimension alpine. La narration commence donc en en mettant en évidence l’unicité. L'histoire la plus ancienne de l'homme qui, peu à peu, s'installe en interagissant puis en modifiant l'environnement naturel, conduit à sortir du contexte local pour entrer dans des problématiques plus globales et pousse le visiteur à se confronter avec les grands thèmes de la participation.

Projet architectural et projet muséographique : Renzo Piano Building Worshop - Gênes

Le défi

L’aménagement du MUSE a représenté pour Goppion – associée pour la circonstance avec Asteria de Trente (graphisme et multimédias) et Acuson de Turin (matériel) – une expérience et un défi absolument nouveaux, puisque Goppion a été appelée à jouer le rôle de scénographe, de coordonnateur et de responsable de l'aménagement des intérieurs, ce qui va bien au-delà de l'ingénierisation et de la fourniture de tous les éléments.

Les vitrines du musée proprement dites, dont Goppion est le leader mondial pour la production, ne représentent en effet qu'une petite partie du projet muséographique conçu par le Studio Piano qui prévoit une succession d'aménagements uniques, tous différents, qui ont demandé des études d'ingénierie, des prototypes et des essais particuliers pour chacun d'eux.

La solution

Le principe de base qui a inspiré l'ensemble de l'aménagement est la Gravité Zéro. Sous le signe de la diversification entre langage architectural et langage muséographique, les objets flottent dans le vide, tandis que les supports et les conteneurs – invisibles et « minimalistes » - sont absolument indépendants du contexte qui les accueille. De la même manière, les tables ont été « déstructurées et ne conservent que leur plan horizontal, en bois, et leurs pieds sont réduits à de simples rondelles en acier qui les ancrent à la structure.

Le Grand Vide traverse toute la construction, du haut en bas, et constitue le « fil rouge » du parcours muséal. Un Grand Vide qui se remplit de vie : des animaux stratifiés disposés le long d'une spirale destinée à se rétrécir et qui respecte leur position dans l'environnement – de la montagne à la plaine – et dans le parcours évolutif, de plus en plus loin pour arriver à leurs ancêtres, les grands dinosaures placés sur des estrades qui recréent l'environnement préhistorique du Trentin, au sous-sol.

Des plans fluctuants et croisés entre eux, tout comme les câbles d'acier qui les relient, construisent un énorme « château de cartes », dont la caractéristique dominante est la légèreté, ne cache pas la complexité de la construction et, symboliquement, de l'évolution naturelle.

Une fois encore, Goppion s'est mise au service de la Direction artistique et scientifique du projet en donnant de la vie et de la substance à des constructions idéales, en traduisant ce qui n'avait été qu'« imaginé » sur le papier en une expression solide, faite de structures réelles – cordes, câbles, tirants, verre, vitrines, supports, graphisme, multimédias – capables de transmettre au mieux le message culturel et formel de ses concepteurs.