Retour
  • Moyen-Orient
  • Musées Archéologiques
  • 2010-2018

The Israel Museum

Samuel and Saidye Bronfman Archaeological Wing

Jerusalem, Israel

2008-2010

Le Sanctuaire du Livre a été réalisé en 1965 pour conserver et exposer les manuscrits de Qumran, connus aussi sous le nom de Manuscrits de la mer Morte, la collection la plus ancienne et la plus riche de textes bibliques datables entre le IIIe et le Ier siècle av. J.-C. L’édifice, conçu par les architectes américains Bartos et Kiesler, est chargé de symbolisme et de spiritualité. Il est considéré comme une pierre miliaire de l’architecture moderne. Quarante ans après sa construction, le Sanctuaire du Livre a été restauré et son ameublement entièrement rénové pour offrir à ces objets extrêmement délicats les meilleures conditions de conservation et d’exposition.

Projet architectural : Armand Bartos et Frederick Kiesler

Projet muséographique : Rachel Lev, Jérusalem

Le défi

La création d’un nouveau système d’exposition respectant le projet originel de Kiesler et Bartos qui datait des années soixante du siècle dernier constituait le point fort de ce projet, mais il fallait aussi offrir les meilleures conditions possibles de protection pour les rouleaux. Nous nous trouvions donc devant un triple défi : sécurité, conservation préventive et sensibilité pour le design d’origine.

Les vitrines devaient garantir une sécurité physique maximale en toutes conditions et permettre aussi d’enlever rapidement les objets en cas de danger. Le contrôle du microclimat et le système d’éclairage devaient respecter des paramètres très précis pour conserver au mieux ces objets délicats en parchemin, papyrus, peau et cuivre.

La solution

Le Laboratorio museotecnico a participé à toutes les étapes de la conception de ces vitrines qui devaient garantir une excellente étanchéité et être facilement ouvertes par une seule personne, exigences qui caractérisent autant les vitrines avec abattant s’ouvrant vers le haut que celles s’ouvrant par coulissement.

La conception et l’ingénierie des vitrines encastrées de la galerie ont demandé un soin particulier car elles devaient rappeler les ameublements d’origine dont il ne fallait voir que la façade constituée par une grande porte vitrée aux angles arrondis peinte sur l’arrière.

Le projet en chiffres

Surface d’exposition : 520 m; unités d’exposition : 32 ; longueur de la façade d’exposition : 35 m