Retour
  • Europe
  • France
  • Musées des arts décoratifs, artisanat, design
  • 2000-2009

Musée des Arts Décoratifs

Paris, France

2003-2006

Rouvert après une fermeture de plus de vingt ans, ce musée se présente aujourd’hui avec un nouvel aménagement grandiose l’objectif étant de donner au visiteur les éléments nécessaires à une redécouverte de l’histoire des Arts décoratifs à travers les témoignages du quotidien. Le visiteur peut choisir le parcours chronologique le long d’un itinéraire spectaculaire qui va du Moyen-Âge à nos jours ou, en alternative, le parcours par thème qui offre des collections tout aussi spectaculaires consacrées à l’Art rococo, à l’Art nouveau, aux années des grandes Expositions universelles jusqu’aux tendances de l’année 2000. Les collections plus spécifiques sont présentées dans des aménagements particuliers : c’est le cas des « Period Rooms » qui présentent leurs œuvres d’art en les remettant dans leur contexte d’origine (salon Talairac et salle Barriol pour le XVIIIe siècle ou la chambre du baron Hope pour le XIXe siècle). Originale et inattendue, la galerie des jouets qui propose une image de l’art en miniature vu à travers les objets de l’enfance.

Projet muséographique : Oscar Tusquets (TD&A) & Bruno Moinard (4BI) Associated Architects ; Sylvain Dubuisson ; Bernard Desmoulin ; Daniel Kahan ; François-Joseph Graf, Paris

Le défi

Le défi principal que Goppion a dû affronter venait de ce qu’il fallait développer simultanément l’ingénierie de deux projets différents présentant deux conceptions opposées de la manière dont les vitrines devaient fonctionner et se présenter.

Les vitrines dessinées par Bernard Desmoulin et son équipe étaient d’une architecture particulière dont les caractéristiques techniques devaient entretenir une sorte de dialectique avec les objets exposés. Moinard et Tusquets avaient, au contraire, une conception « minimaliste »” de la vitrine qui devait, d’une manière ou d’une autre, disparaître au profit des objets exposés.

La solution

Au total, Goppion et les différentes équipes de designers ont contribué à la réalisation de 142 vitrines en plus des panneaux, des socles et du reste du système d’exposition qui couvre une superficie totale de 25 000 m2. Deux équipes distinctes d’exhibit designers ont travaillé à ce vaste projet et créé des galeries différentes du point de vue de l’identité, des matériaux et des formes. Pour la réussite de cette entreprise, il a fallu construire des prototypes pour les éléments les plus importants, puis les analyser avec les designers et les conservateurs du musée. Un vaste travail de modélisation en 3D a permis de trouver un juste équilibre entre exigences architecturales et exigences fonctionnelles. Les systèmes d’ouverture, les joints et les systèmes d’éclairage à fibres optiques ont été étudiés avec le plus grand soin pour arriver à des solutions diversifiées s’adaptant aux différents types de vitrines. Dans la galerie des jouets, une vitrine a été suspendue à l’aide d’un système innovant de câbles tendus pour garantir la sécurité des enfants.

Le projet en chiffres

Surface d’exposition : 25 000 m2 ; unités d’exposition : 142 ; longueur de la façade d’exposition : 509 m