GOPPION NEWS

L’épopée du jade au Musée Guimet

octobre 2016

Treize ans après l'aménagement de la Chinese Jade Gallery du British Museum, Goppion se confronte à nouveau avec la ‘pierre plus précieuse que l'or’, à l'occasion de la prestigieuse exposition ‘Jade, des empereurs à l’Art Déco,’ présentée au Musée Guimet à Paris (19 octobre 2016 – 16 janvier 2017).

Des trésors des empereurs de l'ancienne Chine aux chefs-d’œuvre Art déco des bijoutiers de Paris, Londres et New York qui s'inspiraient des ‘chinoiseries’, plus de trois cents pièces d'un raffinement extrême provenant des plus importantes collections nationales et internationales, en particulier du National Palace Museum de Taipei – d'où proviennent un tiers des objets exposés – et des collections Cartier, retracent l'épopée historique et artistique de cette pierre mythique, symbole du Céleste Empire.

Le Musée Guimet, qui est depuis toujours le siège d'un riche programme d'expositions consacrées à l'art oriental sous toutes ses formes, a saisi cette occasion pour commencer à se doter d'un système d'exposition conçu expressément pour les expositions temporaires, en mesure donc de garantir la souplesse nécessaire tout en respectant des paramètres de conservation préventive particulièrement élevés afin de répondre aux standards requis par les prêteurs les plus exigeants.

Les vitrines choisies, qui appartiennent à la classe M de Goppion, satisfont parfaitement les conditions requises.

Il s'agit de vitrines modulaires (120x120 cm), d'un montage et d'un démontage faciles. Intégralement vitrées et autoportantes, elles sont utilisables individuellement, mais aussi assemblées en ligne ou en bloc, ce qui permet de réaliser également des espaces d'exposition de très grandes dimensions. L'insertion d'un élément innovant au bord du plafond, totalement intégré dans le châssis, en empêche la flexion et en garantit l'indéformabilité sans devoir recourir à des montants verticaux.

Au sein de l'exposition Jade du Guimet, les vitrines Goppion ont été assemblé à îlot, créant un cube vitré aux proportions équilibrées. Il en résulte un écrin d'exceptionnelle transparence et légèreté, qui protège discrètement l'étonnant luminosité de la jade du collier de l'héritière Barbara Hutton, vrai chef d'œuvre de la collection Cartier, exposé pour la première fois à Paris.

La structure particulière du châssis en aluminium, appelé Pagani-frame, permet de conjuguer stabilité structurelle et légèreté.

La versatilité de leur composition, associée à l'essentialité de leur design, fonctionnel et minimal, garantit l'adaptabilité du système à tous les contextes et à toutes les typologies d'exposition, une intégration parfaite avec les équipements préexistants et, ce qui est bien entendu loin d'être négligeable, un niveau de protection global très élevé pour les objets exposés.

 

L’épopée du jade au Musée Guimet